* *

Texte à méditer :  Le plus important dans une vie, c'est son intensité, pas sa durée   Jacques Brel
* *
Mes autres pages.
Pages d'écritures

Fermer Les histroires de Long John Silver

Fermer Nouvelles et ecrits

Technique
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Nouvelles et ecrits - L'horloge

L'Horloge

Préambule.

Tic tac, tic tac…..
Seul ce bruit résonne dans la pièce.
C’est par une chaude nuit de printemps, une petite maison en campagne.

Tic tac, tic tac. Le son de l’horloge résonne dans la pièce, les sons s’accrochant aux sculptures de l’horloge.

Tic tac, tic tac, le son résonne et fait écho à grand-mère, qui dort, dans la pièce.
Dehors la nuit, calme, étoilée. Paisible.

Rien.

Absolument rien ne se passe.

Tic tac, tic…. L’horloge s’arrête, grand-mère meurt.

Chapitre 1

La famille est réunie, dans la demeure familiale, par ce beau jour de printemps.
Le soleil réchauffe les corps, les fleurs pointent leurs premiers pétales colorés, les arbres offrent leurs bourgeons aux oiseaux chanteurs.

Mais la famille est triste. Grand-mère vient d’être enterrée. Il faut vider la maison, afin de la vendre. Tout le monde est là, à trier les affaires, remuer les souvenirs. Pour l’occasion, ils ont fait un vide grenier, déballage de vie privée aux badauds.

Parmi les objets exposés, se dégage une magnifique horloge, en bois sculpté, d’un style très particulier.

Chapitre 2

Je venais de rejoindre mon ami Jean, que je n’avais vu de longue date.
Nous nous étions connus sur les brocantes locales, il y a fort longtemps, lorsque nous partagions la même passion pour les appareils photos et photographies anciennes.

Depuis, il avait déménagé, et la vie nous avait un peu séparé, jusqu’au jour, c’était avant-hier, où il m’appela, me faisant part de ce vide grenier un peu hors norme, suite au décès d’une personne âgée de sa commune.

Cela me faisait plaisir de le voir, et afin de profiter un maximum, j’avais pris le train la veille, histoire de passer une bonne soirée à discuter, autour d’un bon rhum, notre autre point commun.

Lors de cette soirée, il me fit part qu’il avait cessé sa recherche d’appareils photos, se consacrant maintenant à collectionner les pendules, montres et autres passeurs de temps. Il se moquait même du nouveau nom de son péché, le mostrophiliste, disant qu’il ne collectionnait en rien les monstres, et que ce nom était plus simple qu’iconomécanophile, ce que nous étions avant.

Il me dit que sa passion pour la mécanique des appareils l’avait amené à s’intéresser aux mécanismes, et de fil en aiguille, à ce qui ce fait de mieux en la matière, l’horlogerie. Il me montra sa magnifique collection, bien plus envahissante que mes appareils photos, mais dont les pièces étaient tout autant magnifiques.

Il finit enfin par m’avouer la raison de son appel. Il avait repéré, chez une vieille dame du village une magnifique horloge, dont il n’avait pas vraiment put trouver son origine, et pensait que mes compétences en arts du bois pourrait l’aider à identifier, si ce n’est la provenance et l’époque exacte, tout au moins avoir une estimation.

Et afin de m’appâter encore plus, il me dit que cette dame devait certainement posséder quelques pièces pouvant aussi m’intéresser.

C’est pourquoi, par ce beau matin, nous étions là, devant cette maison cossue, semblant sortir d’un autre siècle, d’un autre pays, à chiner sur les objets présentés.

Chaptire3

Je dois avouer, que comme beaucoup de manifestations de ce genre, les objets mis à la vente étaient poussiéreux, kitch et bien désuets.

Il y avait là de vieilles peluches, certainement datant des enfants de la pauvre dame, aux yeux abimés, a moitié râpés, bien triste mémoire d’une jeunesse passée. Un ensemble de service à thé, incomplet, une tasse ébréchée, tachée par de longues parties de thé entre amies, refaisant certainement le monde. Un peu plus loin, quelques objets d’un style particulier, en bois noir, des formes de visages sombres, inquiétants, semblant vous dévisager pleins de mauvaises intentions. M’intéressant à ces figurines, je les retournais dans tous les sens, mais malgré une bonne observation, ne put définir la provenance exacte, car si le bois semblait venir d’Afrique, le type de sculpture ne correspondait pas à ce continent.

La seule chose qui me vint à l’esprit, c’est que ces pièces devaient être plus vieilles que la dame elle-même. Jean attira à cet instant mon attention sur la fameuse horloge, et je reposai alors les statuettes afin de mieux la regarder. Ce qui me surprit en premier, c’est qu’elle était du même bois que ces statuettes.

Un bois brut, où aucune trace de vernis n’était visible, il semblait ne jamais en avoir eu.

Les sculptures, tortueuses, sinueuses et profondes, ne représentaient pas de chose en particulier, ou tout du moins pas de choses identifiables dans notre culture.
C’était un travail fait comme par à-coups, avec un instrument inconnu, enfin pour moi, et si me fut l’option de le dire, j’aurais dit par un fou, tellement le travail était torturé et irradiait de malaise.

Je ne trouvais pas ce travail beau, je dirais même que je ne l’appréciais pas, et qu’il me mettait même mal à l’aise. La partie horlogerie semblait très bien faite, contrastant d’autant avec son cadre de bois, et semblait en parfait fonctionnement malgré le fait qu’elle soit arrêtée sur 3h25. Ne pouvant juger plus l’état de cette partie de l’objet, je fis par de mes pensées à mon ami, me gardant bien de lui donner mon sentiment à son propos, tant l’objet semblait le fasciner. La transaction fut rapide, il ne chercha pas à marchander le prix, car apparemment, la famille semblait éprouver autant de dégout que moi à propos de cette pendule.

Il chercha à se renseigner sur la provenance de celle-ci, posant quelques questions à son sujet, mais n’obtint que peu de réponses, hormis que l’objet était dans la famille depuis bien longtemps, et que celui-ci présentait, de temps en temps des fonctionnements surprenant, nécessitant certainement une révision.

Nous voilà donc reparti chez mon ami, qui se mit en action de la nettoyer alors que je repris le chemin de la maison.

Chapitre 4

Quelques temps passa, au point que j’avais presque oublié cette horloge, lorsque le téléphone sonna.
C’était mon ami, qui d’une voix étrange, sentant la légère angoisse, me dit que l’horloge était bien surprenante.
Me demandant bien ce qui pouvait l’inquiéter, lui d’un naturel si calme et serein, je m’empressai de satisfaire son besoin de parler, non sans intérêt. Je lui demandai donc ce qui le faisait réagir de la sorte.

Afin de mieux vous retranscrire cette discussion, je préfère l’écrire comme elle se passa, du moins dans mon souvenir.

« - Tu te souviens de ce qu’ils avaient dit à son propos ?
Au sujet de son fonctionnement ?
- Non, lui répondis-je, sincèrement.
- Tu sais, au sujet de son fonctionnement ! Eh bien ils avaient raison…..
L’horloge s’arrête toujours à la même heure, pas une minute de plus, pas une minute de moins.
Sur toute ma collection, c’est la seule qui fait ça. Et bien, tu ne vas pas me croire.
-Racontes, je verrais bien, lui lançais-je moitié curieux.
-Et bien, il y a quelques mois, juste à l’heure de son arrêt, il s’est produit un accident devant chez moi. Une voiture a quitté la route. Heureusement il n’y a pas eu de victime.
- Pure coïncidence lui rétorquais-je un peu las, m’attendant à autre chose.
- Non, tu n’y es pas. Certes, c’est ce que j’ai pensé.
Et comme j’envisageais de voir ce qui n’allait pas et de la réparer, je l’ai démonté, et n’ai constaté aucun défaut. Je l’ai remontée et à ma grande satisfaction, elle reprit un fonctionnement normal.
-Et ?
- Si ce n’était que ca, je ne t’aurais pas appelé. Mais attends d’écouter la suite……
De nouveau, elle s’est mise à s’arrêter à la même heure, tout le temps, mais ce n’était plus la même heure qu’auparavant.
Quelques jours après, j’ai reçu un coup de téléphone de ma famille, m’informant du décès d’une grand tante.
Et tu ne devineras jamais. Elle est décédée exactement à la même heure que cette satanée horloge…..
Ne va pas me dire que c’est encore une coïncidence…
-Je ne sais pas, lui fis-je, deux fois, pour moi, ce n’est pas non plus hors de la normale. Va voir un spécialiste de l’horlogerie, tu as du passer à coté d’une panne. Tiens-moi au courant quand même.
-C’est ce que je comptais faire. J’ai trouvé en Suisse un vieil horloger renommé, qui connaît toutes les pendules, et leur histoire, enfin c’est ce qu’on dit de lui. Je lui emmène la semaine prochaine. »

Chapitre 5

Quelques semaines plus tard, je reçu par courrier un message de mon ami, et je vous le livre tel que, afin que vous puissiez à vote tour faire votre propre jugement :
«
Cher Ami,
Je reviens à peine de Suisse, ayant récupéré chez l’horloger ma pendule si mystérieuse.
Et bien, te ne me croira pas.
Après un examen approfondi, aucun défaut, aucun grippage ne lui a été détecté. Même pas un grain de poussière, ce qui a d’autant plus surpris notre homme.
Une pendule de cet âge, propre comme un sous neuf, sans la moindre trace, pourtant, de quelque entretien mécanique.
Mais le plus étrange, c’est surtout la façon de cette horloge, et surtout son facteur !!
Car, mon ami, cette horloge est signée.
Et le nom, d’après le vieil homme, a de quoi donner des frissons dans le dos.
Il s’agit d’un horloger, de la fin XVIIIème début XIXème, allemand, de la forêt noire pour être précis.
Et tu sais que ce coin d’Allemagne est tout aussi connu pour ses horloges que pour ses légendes.
Pour plaisanter, l’horloger m’a dit que ma pendule était maudite.
En effet, l’artisan qui avait réalisé le mécanisme a été arrêté et jugé pour crimes multiples.
Il aurait assassiné 7 personnes, vers la fin de sa vie, de manière inexpliquée et folle. Il fut interné en asile avant d’être exécuté.
Par contre, il n’a aucune idée de la provenance ni de qui a sculpté le bois.
Il n’avait jamais vu un truc pareil.
Mais enfin, coïncidence ou pas, cette horloge a maintenant dit une partie de son histoire. J’aurais des choses à raconter quand on viendra la voir.
Et je ne suis pas superstitieux, mais j’éviterais de la laisser sans la remonter régulièrement, on sait jamais… »

Piqué par la curiosité, je me pris a faire des recherches, maintenant qu’une époque était fixée, a propos de ce bois.
Malgré le temps passé, je n’appris rien de nouveau, et pris la décision de retourner la voir, afin d’apporter plus d’éléments à mon enquête.
Je me rendis donc chez mon ami, à nouveau.

Chapitre 6

En arrivant, je le trouvais fumant une pipe, assis dans son fauteuil, dos à l’entrée, et face à l’horloge.
Dans la fumée de la pipe, je pus voir de nouveau l’objet de ma visite.
Mais quelque chose me perturbait.
« - Soit le bienvenu mon ami, me lança t’il sans bouger, d’une voix grave.
As-tu remarqué, toi aussi qu’elle avait changé, ou est-ce mon imagination ?
-Cela fait trop longtemps que je ne l’ai vu pour te répondre, mais je ne connais pas encore de bois sculpté capable de changer.
-Ce doit être moi alors, a force de la fixer !
Sais tu qu’elle a « recommencée » ? Elle s’est de nouveau arrêtée, avant-hier, quelques heures après l’avoir remontée.
Tu peux me prendre pour un fou, mais j’angoisse à chaque coup de téléphone, chaque personne qui vient, de peur d’entendre une terrible nouvelle.
-Te laisse pas influencer comme ca lui répondis-je. Ce n’est qu’une horloge, et ton réparateur, bien que connaisseur des histoires, doit avoir la vue qui baisse, et n’a peut être vu la panne. »

Tout en discutant, je m’étais rapproché de la pendule, afin de mieux l’examiner.
Au fur et à mesure que je la regardais, et peut être influencé par les dires de mon ami, je trouvais effectivement qu’elle avait changé.
L’ensemble de la sculpture ressemblait de plus en plus aux visages des statuettes, ce sourire moqueur et malsain, et ces yeux au regard du malin. Je n’en dis rien à Jean, car celui-ci semblait a la fois anxieux et déstabilisé par cet objet qui prenait tout de son temps et de son attention.
Après une longue discussion sur tout et n’importe quoi, je pris congé de mon hote.

Je n’eu plus de nouvelles de lui pendants des semaines, jusqu’au jour, le téléphone sonne et une voix connue, mais affolée m’interpelle, comme essoufflée :
« -Tu ne me croiras jamais.
Elle a recommencé. Tu sais, lors de ton dernier passage, je t’avais fait part d’un nouvel arrêt !
Et bien, un de mes voisins est mort !
Tu m’entends, à la même heure !
Mort !
J’ai d’abord cru à encore une coïncidence, mais non.
Par deux fois, elle a recommencée.
Cette horloge est maudite, hantée, ou je ne sais quoi.
Je l’ai jeté dans l’étang cet après midi.
J’espère ne plus jamais en entendre parler ! »

Je ne savais que répondre à cet appel.
J’ai beau être très pragmatique, je ne savais comment justifier autant de faits étranges.
Je rassurais mon ami, et lui dit que je passerais prochainement, au moins pour savoir comment il allait.

Chapitre 7

Tic tac, tic tac, fait la pendule.
Tic tac, tic tac, la pendule se noie.
Tic tac, tic tac, dans le silence de l’étang.
Tic tac tic tac, la pendule qui dérange les poissons.
Tic tac, tic….
Le silence revient.

Epilogue

Une voiture se gare.
En sortent deux hommes, tenue décontractée.
Ils ouvrent le coffre, et en sortent des cannes à pêche.
Un peu plus loin, une barque les attend.
Ils y montent, tendent leur ligne.
A un moment, l’un d’eux s’agite. Il a attrapé une prise.
Enfin, croit-il.
En relevant la ligne, un petit coffre tient lieu de splendide poisson.
Il ouvre le coffre, surprit et interloqué.
A l’intérieur, une singulière pendule.
Elle ne semble pas fonctionner.
4h30, c’est l’heure affichée par la pendule.
Content de sa trouvaille, l’homme la met de coté, avec une idée sur la décoration qu’elle ferait.

17h30.
Le téléphone sonne.
Je décroche.
Une voix inconnue me répond, me demandant si c’était bien moi au bout du fil.
Une ombre d’inquiétude traverse mon esprit, alors que je réponds par l’affirmative.
« - Gendarmerie de M., Adjudant T.
Vous connaissiez M Jean R ?
-Oui, répondis, de plus en plus inquiet.
-Il vient de décéder d’un accident de voiture, il y a une heure.
»
FIN


Date de création : 01/05/2012 @ 13:39
Dernière modification : 01/05/2012 @ 14:00
Catégorie : Nouvelles et ecrits
Page lue 1628 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

La collection d'appareils photos

Accès à la collection

Le forum des collectionneurs
Sondage
 
Résultats
Calendrier
Nouvelles des Amis
Webmaster - Infos
^ Haut ^